Dash Ghana startup

En Afrique, la majorité des transactions en ligne sont effectuées via des portefeuilles de Mobile Money  et des comptes bancaires. Même si ces derniers fonctionnent bien, il n’existe pas d’interopérabilité pour les transactions entre eux. Et c’est là que la FinTech Dash, basée au Ghana, intervient. 

En effet, Dash veut fonder un réseau de paiement alternatif avec des portefeuilles connectés. Le but est de permettre à un utilisateur de Mobile Money, d’effectuer des transactions avec un compte bancaire. Ce qui résout le problème d’interopérabilité.

Grâce à son succès, l’application de paiements unifiés a réussi à lever, en mars 2022, 32,8 millions de dollars lors d’un tour de table sursouscrit.

L’histoire derrière la naissance Dash au Ghana

Le fondateur de Dash, Prince Boakye Boampong, a créé l’entreprise en 2019. Avant ça, il était le co-fondateur d’OMG Digital, une startup médiatique ghanéenne. Au cours d’un voyage au Kenya, Boampong avait été fasciné par la population.  

En effet, les Kényans non bancarisés envoyaient et recevaient de l’argent avec le mobile money.  Ce système de paiement est lancé par M-Pesa de Safaricom, et compte près de 30 millions de clients. Dès lors, Boampong a constaté à quel point l’interopérabilité est un défi à relever en Afrique. 

J’ai été époustouflé par l’omniprésence et la commodité du Mobile Money en 2014 lorsque j’ai visité le Kenya pour la première fois,  

Prince Boakye Boampong

Et d’ajouter : “Cependant, il existe plus de 200 portefeuilles d’argent mobile et 100 banques à travers le continent qui ne fonctionnent pas les uns avec les autres”.

En d’autres termes, un Kenyan qui utilise M-Pesa et voyage au Ghana aura du mal à envoyer de l’argent à un Ghanéen qui utilise MTN Ghana. Et ce, parce que les deux opérateurs de Mobile money n’autorisent pas les transactions entre eux.

De même, un Nigérian ou un Sud-Africain qui dispose d’un compte bancaire, ne peut pas effectuer de transactions avec un compte d’argent mobile M-Pesa. 

Par ailleurs, lorsque les gens voyagent, ils échangent des devises ou obtiennent des comptes bancaires ou de mobile money nécessaires.

Dash pour un réseau de transaction unifiée 

Le réseau de paiement alternatif de Dash réunit le mobile money et les banques traditionnelles. Ce qui facilite les transactions pour les consommateurs et les entreprises. Il ne vise guère à remplacer le mobile money ou les banques. Au lieu de cela, son portefeuille permet aux utilisateurs d’accéder à une pléthore de services qu’ils ne peuvent pas trouver sur leur fournisseur traditionnel.

Nous construisons cette interopérabilité afin qu’un Kenyan voyageant au Ghana ou un Ghanéen voyageant au Kenya puisse payer des choses sans avoir à changer de devise ou à ouvrir de compte lorsqu’il touche le sol.

Prince Boakye Boampong

Dash achemine les paiements via les banques et les opérateurs de télécommunications, quel que soit leur émetteur. Ainsi, les utilisateurs de différents pays – Ghana, Nigeria et Kenya, pour l’instant – peuvent connecter leurs comptes bancaires ou mobiles à Dash. Ils ont ainsi la possibilité de payer des factures et envoyer et recevoir de l’argent à d’autres utilisateurs pendant que la plateforme gère les conversions de devises.

Comment Dash se fait de l’argent ? 

Dash Ghana startup
L’interface de l’application Dash

L’entreprise tire ses revenus des frais de traitement, des économies (intérêts gagnés lorsque les utilisateurs économisent), des frais de change lorsque Dash est utilisé au-delà des frontières, des commissions sur les paiements de factures et de l’abonnement (Dash+, son service premium).

Dash a traité plus de 300 millions de dollars en TPV en janvier. Il s’agit d’une hausse de 300 % par mois par rapport au quatrième trimestre 2021. Au total, il a traité plus d’un milliard de dollars depuis son lancement en 2020 auprès d’un million de clients.  

Avec cette collecte de fonds, la société ambitionne de s’étendre sur de nouveaux marchés tels que la Tanzanie et l’Afrique du Sud. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez dans votre boîte mail nos meilleurs contenus

Rejoignez notre liste de diffusion des passionnés et des professionnels du digital pour recevoir les contenus tendanciels.

Vous Aimerez Peut-être Aussi

WeCashUp, la startup camerounaise qui traite plus de 55 milliards FCFA/jour avec sa solution

WeCashup est la nouvelle plateforme Mobile Money qui intègre toutes les solutions…

Google for Startups Black Founders Fund : la liste complète des 60 startups africaines retenues

Le géant américain, Google, a retenu 60 startups africaines pour la seconde…

Côte d’Ivoire : les investisseurs étrangers qui propulsent les startups

Les investisseurs étrangers s’intéressent de plus en plus à l’Afrique, car le…

Microsoft veut soutenir 10 000 startups africaines

Microsoft a annoncé début mars son intention de soutenir 10 000 startups…