stratégie de slack

Au début des années 80, l’équipe de Slack va plus s’intéresser à l’IRC, un outil de communication utilisé pour la collaboration sur de longues distances. Toutefois, c’est en 2012 que le développement du service de messagerie d’entreprise Slack commence avec le lancement d’une version bêta privée en août 2013.

croissance et stratégie de slack
Image via Business Insider

Bien que l’application de messagerie disposait d’une version bêta avant le lancement définitif en 2014, Slack comptait déjà 15 000 utilisateurs actifs au quotidien. D’aout à novembre 2014, les utilisateurs actifs quotidien étaient passés de 171 000 à 285 000.

L’application a connu une croissance vraiment remarquable au cours de cette période. 

Slack entreprise croissance rapide
Image via Statista

La croissance et le nombre d’utilisateurs actifs quotidiennement sur Slack ont naturellement attiré l’attention des investisseurs. En octobre 2014, Slack a reçu plusieurs financements de plusieurs entreprises, notamment la série D de Slow Ventures, Accel Partners, Google Ventures et bien d’autres.

Ces financements externes lui ont donné une valorisation à plus de 1,1 milliard $. À partir de 2015, le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens va grimper en flèche. On compte 500 000 utilisateurs avec des milliers d’ajouts chaque semaine.

Ajouté à ces statistiques, 300 millions de messages sont échangés sur la plateforme avec plus de 2 heures d’engagement des utilisateurs. Comment Slack a pu atteindre ce niveau de croissance en l’espace de 2 ans ?

Voici comment Slack est devenu l’entreprise à la croissance la plus rapide au monde

Tout porte à croire que Slack a bien préparé le terrain avant de se lancer. Une stratégie efficace qui lui a permis de prendre les bonnes décisions au bon moment.

Nous examinerons ce qu’ils ont fait au début pour atteindre cette croissance, notamment :

  • Définir la cible et identifier le besoin des utilisateurs ;
  • Améliorer l’expérience produit en se concentrant sur le fait de faire quelques choses exceptionnellement bien ;
  • Utilisation d’un modèle freemium qui a alimenté la croissance ascendante du bouche-à-oreille

Définir la cible et répondre aux besoins des utilisateurs

Slack n’était pas la première application de chat de bureau, mais elle a réussi à s’imposer. HipChat et Skype étaient bien avant sur le marché. La solution que Slack a trouvée pour faire face à cette poignée de concurrents est de créer son propre marché.

Pour Stewart Butterfield, CEO et Co-fondateur de Slack, la majorité des particuliers et entreprises qui utilisaient déjà un système de messagerie ne considéraient pas qu’ils en étaient utilisateurs.

CEO et fondateur de Slack
Stewart Butterfield, CEO et fondateur de Slack

Lorsque nous avons demandé aux 70 à 80 % restants ce qu’ils utilisaient pour la communication interne, ils ont répondu : « Rien. » Mais de toute évidence, ils utilisaient quelque chose. Ils ne considéraient tout simplement pas cela comme une catégorie de logiciels.

Stewart Butterfield, CEO et co-founder de Slack

Il s’avère que bon nombre de ces entreprises qui prétendaient n’utiliser « rien » utilisaient en fait un assortiment d’outils différents, certains plus mal adaptés que d’autres. Selon Butterfield, « il y a beaucoup d’e-mails et de listes de diffusion ad hoc. Certaines personnes de l’équipe peuvent utiliser Hangouts, d’autres utilisent des SMS. Pour d’autres, le chat de Skype ou même des groupes privés sur Facebook. » 

Pour cette raison, une grande partie du travail de l’équipe de Slack dans la vente de sa solution a consisté à mettre en évidence qu’il existe un problème en premier lieu.

Butterfield affirme : « Tout comme notre travail consiste à construire quelque chose de véritablement utile, quelque chose qui rend vraiment la vie professionnelle des gens plus simple, plus agréable et plus productive, notre travail consiste également à comprendre ce que les gens pensent qu’ils veulent, puis à traduire la valeur ajoutée de Slack dans leurs termes. »

Butterfield poursuit en affirmant que la notion ci-dessus n’est en quelque sorte que du marketing traditionnel, mais c’est aussi plus que cela.

C’est de là que Slack a pu créer son propre marché en proposant ses services là où ils n’en avaient pas vraiment. La croissance initiale est venue de “Vendre l’innovation et pas le produit“. Ils ont su vendre le POURQUOI de leur entreprise et ont su vendre une solution à des personnes qui ignoraient probablement leurs besoins.

Butterfield affirme également que la meilleure façon de trouver l’adéquation produit-marché est de définir votre propre marché, soulignant que le concept de vente de l’innovation est loin d’être nouveau. 

Des exemples notables de cette stratégie incluent Harley Davidson – qui ne vend pas des motos, mais la liberté et l’indépendance – et Lululemon – non pas des vêtements pour le yoga, mais le yoga lui-même.

Un système simple et de qualite supérieure

À côté de l’innovation de Slack, la société de Butterfield, a été minutieux dans la création de cet outil de communication. Simple à configurer, à utiliser et compatible avec d’autres services, Slack est aussi crédible qu’un courrier électronique. Slack s’est inspiré des applications mobile et d’une application de bureau Mac.

Être dur dans l’intérêt d’être excellent, ce sont les vifs mots que Stewart Butterfield a soufflé à son équipe pour rendre Slack totalement parfait.

Se mettre dans l’esprit de quelqu’un qui vient à Slack pour la première fois – en particulier une vraie personne, à qui son patron fait essayer ce truc, qui a déjà un peu faim parce qu’il n’a pas eu le temps de déjeuner, et qui a hâte de terminer un projet avant de partir pour le long week-end – se mettre dans leur esprit signifie regarder Slack comme vous regardez un logiciel au hasard dans lequel vous n’avez aucun investissement et aucun intérêt particulier. Regardez-le attentivement et trouvez les choses qui ne fonctionnent pas. Soyez dur, dans l’intérêt d’être excellent.

Stewart Butterfield

Comment Slack a-t-il réussi ? Ils ont réussi à créer une application élégante et intuitive en travaillant pour être excellent plutôt que d’être bon et en implémentant quelques fonctionnalités de base à la perfection.

Se concentrer sur les fonctionnalités principales

Paul Buccheit, le développeur du prototype original de Gmail mettait toujours l’accent sur le fait de faire des choses vraiment bien.

Si votre produit est génial, il n’a pas besoin d’être bon

Paul Buccheit, ingénieur américain et créateur de Gmail

Les fondateurs de Slack sont partis de cette phrase de Paul Buccheit pour développer les fonctionnalités principales de Slack. On peut parler dans ce cas du MVP (Minimum Viable Product). Toutefois, les fonctionnalités mineures n’ont pas été ignorées. Au final, Slack s’est concentré sur la recherche, la synchronisation et le partage de fichiers. La compréhension de Paul Buccheit a d’une manière influencé le développement de Slack.

Nous avons eu beaucoup de conversations sur le choix des trois choses pour lesquelles nous essaierions d’être extrêmement, étonnamment bons. Et finalement, nous avons développé Slack en valorisant vraiment ces trois choses. Cela peut sembler simple, mais restreindre le champ peut faire en sorte que de grands défis et de gros gains pour votre entreprise semblent gérables. Tout à coup, vous êtes en avance sur le jeu parce que vous êtes le meilleur dans les choses qui ont vraiment un impact sur vos utilisateurs.

Butterfield 

Gagner les premiers utilisateurs

Les entrepreneurs disent souvent que les membres de votre famille doivent être vos premiers clients. Dès le lancement de la version bêta privée de Slack en 2013, il fallait que la société observe le fonctionnement du logiciel.

Butterfield et ses associés ont commencé à mendier et à cajoler des amis d’autres sociétés. Cozy et Rdio faisaient partie des premières entreprises qui ont utilisé Slack pour aider l’équipe à résoudre les bugs.

Rdio, en particulier, était beaucoup plus grand que nous. Ils l’ont utilisé avec un petit groupe de développeurs front-end pendant un certain temps, mais il s’est ensuite étendu à l’ensemble du groupe d’ingénierie, puis aux 120 personnes de l’entreprise. … Soudain, nous avons vu à quoi ressemblait le produit du point de vue d’une équipe beaucoup plus grande, et c’était assez époustouflant.

Stewart Butterfield, CEO de Slack

Cette méthode a continué tout au long de l’année 2013 avec d’autres groupes très importants qui leur ont permis d’améliorer la plateforme de communication. Un processus qui a porté son fruit, car dès le premier jour du lancement officiel, Slack a reçu 8 000 demandes d’invitation.

Plusieurs médias (TechCrunch, ReadWrite et VentureBeat) se sont rués sur Slack lui donnant une visibilité positive même si certains l’ont traité comme une plateforme de tueur d’e-mails. Les médias en ligne, les réseaux sociaux, les amis et les fans ont énormément contribué à l’afflux précoce de demandes d’invitation pour utiliser la version Bêta de Slack.

La croissance rapide de Slack impressionne jusqu’aujourd’hui même, il faut constater que l’entreprise a préparé le terrain avant de se lancer.

Retour d’expériences des utilisateurs

Écouter, apprendre et répondre aux commentaires a toujours été important pour l’équipe de Slack, non seulement du point de vue de la satisfaction client, mais également à des fins de développement de produits. 

Slack répond à environ 8 000 tickets d’assistance et 10 000 tweets supplémentaires par mois. Au lancement, Slack comptait trois membres de l’équipe consacrés exclusivement à “l’expérience client”. Les chiffres les plus récents placent l’équipe de support client de Slack à 18 personnes, dont six sur Twitter 24 heures sur 24. 

Bien qu’il s’agisse certainement d’une entreprise de grande envergure, la société prend très au sérieux les commentaires des utilisateurs. 

La magie du bouche-à-oreille

En octobre 2014, Butterfield a attribué une grande partie de la croissance initiale de Slack au bouche-à-oreille, affirmant : « La croissance a été complètement folle et presque entièrement grâce au bouche-à-oreille. »

Cette stratégie de croissance à la base est aidée par de grands groupes publics d’utilisateurs de Slack qui se sont regroupés autour d’intérêts communs et de Twitter.

Nous parions beaucoup sur Twitter. Même si quelqu’un est incroyablement enthousiaste à propos d’un produit, le bouche-à-oreille littéral n’atteindra qu’une poignée de personnes – mais si quelqu’un tweete à notre sujet, cela peut être vu par des centaines, voire des milliers.

Butterfield 

Pour savoir si cette stratégie porte ses fruits, ne cherchez pas plus loin.

stratégie de slack

La stratégie de prix : Freemium

Comme de nombreuses entreprises SaaS – des exemples notables incluent Evernote et Dropbox – Slack fonctionne sur un modèle freemium.

Dan Frommer de Quartz.com qualifie le niveau freemium de Slack de “service gratuit réellement utile“, expliquant que “de nombreux groupes (y compris Quartz) communiquent avec plaisir sur Slack gratuitement“.

Néanmoins, en novembre 2014, plus de 73 000 utilisateurs de Slack payaient pour le service premium. En novembre 2014, le responsable d’analyse commerciale de Slack, Josh Pritchard, a affirmé que, sans tenir compte des nouvelles ventes, les revenus d’abonnement de Slack augmentaient d’environ 8 % par mois. Il a poursuivi en affirmant que “c’est, pour autant que je sache, du jamais vu pour une entreprise SaaS, moins de sept mois après son lancement.

Slack a connu une croissance remarquable au cours de ces dernières années, et il est difficile d’ignorer à quel point de nombreux utilisateurs de l’application sont passionnés. Par ailleurs, ces utilisateurs ne cessent non plus de recommander l’application autour d’eux.

Source : MB Morgan Brown (Community Growth Hackers)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez dans votre boîte mail nos meilleurs contenus

Rejoignez notre liste de diffusion des passionnés et des professionnels du digital pour recevoir les contenus tendanciels.

Vous Aimerez Peut-être Aussi

Adidas contre Puma : l’histoire de 2 frères qui se sont détestés

Les frères Adolf et Rudolf Dassler ont créé respectivement Adidas et Puma, deux des plus grandes marques de chaussures de sport. Voici leur histoire.

De l’échec à la réussite : 10 célèbres histoires qui vont vous motiver

Les plus grandes réussites cachent toujours des traces d’échecs et de douloureux…

Aliko Dangote : l’homme le plus riche d’Afrique qui a commencé à 20 ans avec 3 camions

Quel jeune africain ambitieux avec de grandes visions ne connait pas cet…

Les 18 meilleures publicités les plus créatives de Durex

Durex est une marque de préservatifs du groupe britannique Reckitt Benckiser. Si…